A la une !

Droit social : Diplôme d’Université 2020

Pour la 3ème année, l'université Panthéon-Assas, Paris II, et le CSOEC proposent, pour l’année 2020, un diplôme d’Université (DU) sur le droit des relations sociales. Il est ouvert aux experts-comptables et aux collaborateurs.

Inscrivez vous avant le 30 octobre.

Téléchargez :
- la plaquette de présentation
- dossier d'inscription

Bénéficiez des témoignages des membres des promotions 2018 et 2019 :

- Article SIC n° 386 (Juillet - Août 2019)

OUTILS DES PARTENAIRES

Pour développer vos missions sociales : protection sociale, épargne salariale...

Accédez aux outils des partenaires

GRANDS DOSSIERS

Accédez aux
grands dossiers

authentification requise

Les écrits pour les adhérents du Club :

  • Fiches clients
  • Questions/ réponses
  • Diaporamas…

Pour vous informer, former vos collaborateurs, alimenter votre site internet

Accédez à Infodoc-experts

Actualité sociale

  • 21.04.11

    Changement d’affectation et état de santé

    Changement d’affectation et état de santé

    En application de l’article L. 1132-1 du Code du travail, aucune personne ne peut (…) faire l'objet d'une mesure discriminatoire, directe ou indirecte (…) en raison (…) de son état de santé ou de son handicap.

     

    En parallèle, la jurisprudence constante considère qu’un changement d’affectation s’analyse en une modification du contrat soumise à accord du salarié, dès lors que les fonctions confiées sont radicalement différentes (Cass. soc. 17 janvier 2006, n° 04-43228).

    Dans cette affaire, une salariée embauchée en qualité de directrice d’une agence bancaire avait été victime d'un accident vasculaire cérébral qui avait donné lieu à un arrêt de travail pour maladie. Son contrat de travail comportait une clause de "mobilité tant géographique que fonctionnelle" précisant que "l'affectation ne constitue pas un élément déterminant dans la conclusion du présent contrat". Le médecin du travail l’avait déclarée apte à reprendre son poste à mi-temps thérapeutique à l'issue de la visite de reprise.

    L’employeur avait informé celle-ci de sa nouvelle affectation au sein de la direction d’une autre structure de la société (un centre d’appels téléphonique), avec la même qualification de directeur-cadre et la même rémunération qu’antérieurement. La salariée avait pris acte de la rupture de son contrat de travail, au motif que sa nouvelle affectation ne correspondait en rien à sa qualification et qu'elle constituait une modification unilatérale de son contrat et elle a saisi la juridiction prud'homale. L’employeur justifiait ce changement d'affectation par le souci d’affecter la salariée à un poste moins générateur de stress et plus favorable à son bon rétablissement.

    La question posée à la Cour était de savoir si ce changement d'affectation opéré par l'employeur relevait de son pouvoir de direction, s'agissant de faire jouer une mobilité fonctionnelle.

    La Chambre sociale de la cour de cassation rappelle qu’en application de l’article L. 1132-1 C.tr. « aucun salarié ne peut faire l’objet d’une mesure discriminatoire, directe ou indirecte, en matière d’affectation, de qualification, de mutation en raison de son état de santé » et décide dans cet arrêt du 30 mars 21011 (n° 09-71542) que le changement d'affectation ayant été décidé en raison de son état de santé était donc discriminatoire.

    Référence

    Cass. soc. 30 mars 2011, n° 09-71542

  • 20.04.11

    Diffusion du formulaire de demande de l’allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie

    Diffusion du formulaire de demande de l’allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie

    La loi n°2010-209 du 2 mars 2010 a créé un nouveau dispositif d’allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie.

     

    Ainsi, les personnes qui accompagnent à domicile une personne en phase avancée ou terminale d’une affection grave et incurable, quelle qu’en soit la cause, peuvent bénéficier d’une allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie.

    Pour pouvoir bénéficier de cette allocation, il faut :

    • Soit être bénéficiaire du congé de solidarité familiale
    • Soit avoir suspendu ou réduit son activité professionnelle et être un ascendant, un descendant, un frère, une sœur, une personne de confiance au sens de l’article L. 1111-6 du code de la santé publique ou partager le même domicile que la personne accompagnée.

    Le nombre maximal d’allocations journalières versées est égal à 21 jours ouvrables ou non. L’allocation cesse d’être due à compter du jour suivant le décès de la personne accompagnée.

    Le Décret n° 2011-50 du 11 janvier 2011 a fixé les modalités pratiques.

    Son montant est de (art. D. 168-6 à D. 168-8 CSS) :

    • 53,17 € par jour lorsque la personne suspend son activité professionnelle pour accompagner un proche ;
    • 53,17 € par jour si elle n'exerce aucune activité professionnelle et est demandeur d'emploi indemnisé (le versement de son allocation chômage est alors suspendu) ;
    • 26,585 € par jour (la moitié) si elle réduit son activité professionnelle (temps partiel).

    Dans ce dernier cas, la personne a droit au maximum à 42 indemnités journalières. Dans les autres, elle peut profiter d'au maximum 21 allocations journalières (c. séc. soc. art. L. 168-4 et D. 168-8 CSS).

    L'accompagnant qui souhaite obtenir cette allocation doit déposer une demande auprès de l'organisme qui verse l'indemnisation sécurité sociale en cas de maladie (CPAM pour les salariés du régime général).

    La CIRCULAIRE N° DSS/2A/2011/117 du 24 mars 2011 présente les règles applicables (conditions d’application, caractéristiques de l’allocation, régime juridique, etc.) et diffuse le formulaire provisoire permettant de demander le bénéfice de cette allocation.

    Référence

    CIRCULAIRE N° DSS/2A/2011/117 du 24 mars 2011 relative au régime juridique applicable à l'allocation d'accompagnement en fin de vie

  • 20.04.11

    Cumul possible des exonérations « services à la personne » et de la réduction dite « Fillon »

    Cumul possible des exonérations « services à la personne » et de la réduction dite « Fillon »

    La loi du 26 juillet 2005 avait créé une exonération de cotisations patronales de sécurité sociale en faveur des entreprises et associations agréées de services à la personne. L'exonération applicable aux organismes d'aide à domicile qui emploient des salariés intervenant auprès de personnes âgées ou handicapées demeurait alors applicable mais était réservée au public fragile. Les activités permettant d'ouvrir droit aux exonérations « aide à domicile » et « services à la personne » étaient identiques et étaient mentionnées à l'article D. 7231-1 du code du travail.

    Dès lors que l'entreprise ou l'association exerçait une activité visée à cet article, il convenait pour appliquer correctement l'une ou l'autre exonération, de prendre en considération la qualité du bénéficiaire de la prestation :

    • le bénéficiaire de la prestation appartenait à un public visé à l'article L.241-10 I et III du code de la sécurité sociale, dans ce cas c'était l'exonération aide à domicile qui s'appliquait,
    • le bénéficiaire de la prestation n'appartenait pas à ce public, dans ce cas l'entreprise ou l'association appliquait l'exonération services à la personne.

    L'exonération « aide à domicile » et exonération « services à la personne » pouvaient sous certaines conditions pouvait se cumuler au titre d'un même salarié qui au cours d'un même mois civil intervient dans le cadre de l'aide à domicile auprès de personnes âgées ou handicapées et auprès d'autres publics ne bénéficiant d'aucune exonération.

    L’exonération dite « exonération services à la personne » a été supprimée à compter du 1er janvier 2011 (article 200 de la loi de Finances pour 2011 n°2010-1657 JO du 30/12/2010). Les entreprises et associations de services à la personne agréées peuvent sous réserve de remplir les conditions, ouvrir droit à la réduction Fillon au titre des rémunérations versées aux salariés intervenant auprès de publics non fragiles.

    Une lettre ministérielle du 27 janvier 2011 apporte des précisions sur la situation des employés des structures d’aides à domicile qui peuvent être amenés à intervenir successivement au cours d’un même mois ou d’une même journée auprès de personnes dites « fragiles » et de personnes non fragiles. Elle autorise le cumul, pour un même salarié, au titre du même mois, de l’exonération prévue au titre de l’aide à domicile avec la réduction dite Fillon.

    La lettre ministérielle fait le point sur les règles de cumul. Elle indique notamment que le cumul s’opère salarié par salarié et ne peut jamais excéder le montant des cotisations patronales dues par salarié. Elle présente également des exemples de calcul.

    Référence

    Lettre ministérielle du 27 janvier 2011 diffusée par Circulaire ACOSS n°2011-38 du 29 mars 2011 (pages 18 à 23)

  • 19.04.11

    Conséquences d’une proposition de reclassement acceptée

    Conséquences d’une proposition de reclassement acceptée

    En application des dispositions de l’article L. 1233-4 C. tr., le licenciement pour motif économique d'un salarié ne peut intervenir que lorsque tous les efforts de formation et d'adaptation ont été réalisés et que le reclassement de l'intéressé ne peut être opéré dans l'entreprise ou dans les entreprises du groupe auquel l'entreprise appartient. A cet effet, l'employeur doit adopter une démarche de recherche active des postes disponibles dans l'entreprise ou, le cas échéant, dans les entreprises du groupe auquel il appartient. Tout manquement à l'obligation de reclassement rend le licenciement économique prononcé dépourvu de cause réelle et sérieuse.

    Dans cette affaire soumise à la Cour de cassation, une société avait décidé de regrouper l'ensemble de ses activités sur le site de Lyon et une des salariés avait refusé la modification de son contrat. La société lui avait proposé, à titre de reclassement, plusieurs postes à Lyon, dont celui de "franchise and marketing leader à la BU emergency care", proposition qu’elle avait acceptée. La salariée a finalement été licenciée pour motif économique, la lettre précisant que la rupture serait non avenue si elle acceptait un des postes proposés. La société a informé la salariée ultérieurement que sa candidature pour le poste de "franchise and marketing leader à la BU emergency care" n’avait pas été retenue.

    La salariée a saisi le conseil des prud’hommes afin de demander la requalification de son licenciement en licenciement sans cause réelle et sérieuse.

    Dans cet arrêt du 23 mars 2011 (n°10-10039), la Chambre sociale de la Cour de cassation, décide qu’une telle situation doit s’analyser comme un non respect de l’obligation de reclassement. Dès lors, le licenciement économique de la salariée est dépourvu de cause réelle et sérieuse.

    Référence

    Cass. Soc. 23 mars 2011, n°10-10039 

Dernières mises à jour

  • 24.07.19

    La suppression des écarts de rémunération entre les femmes et les hommes : de la théorie à la pratique...

  • 24.07.19

    La liberté de consentement : pierre angulaire de la rupture conventionnelle

  • 24.07.19

    Travail à temps partiel : une réglementation trop rigide qui devrait évoluer !

  • 23.07.19

    Epargne salariale

    L’épargne salariale est un ensemble de dispositifs, permettant aux entreprises de verser des primes d’association à la performance (intéressement), aux bénéfices (participation) ou d’incitation à l’épargne (abondement) en bénéficiant d’avantages sociaux et fiscaux.

    Si les TPE et PME en sont actuellement très peu équipées, la suppression du forfait social depuis le 1er janvier 2019 devrait les inciter à s’y intéresser.
    Il faut communiquer auprès des chefs d’entreprise sur le régime fiscal et social attractif de ces dispositifs, tant pour l’employeur que pour les bénéficiaires.
    Il faut aussi mettre en avant le fait que le chef d’entreprise et son conjoint ayant un statut de conjoint collaborateur ou de conjoint associé peuvent bénéficier de l’intéressement, de la participation et des plans d’épargne salariale, sous certaines conditions.
    Sans oublier le respect du calendrier pour la validité des accords liés à la mise en place d’un dispositif d’épargne salariale, l’expert-comptable peut profiter de la présentation des comptes à son client pour effectuer un point sur le social, tant pour valoriser le travail de l’année écoulée que pour lui faire des propositions, notamment en ce qui concerne l’épargne salariale et d’en promouvoir ses avantages.
     
    L’outil présenté reprend une partie seulement des écrits contenus dans la thématique qui figure sur le site d’Infodoc-experts.
     
    > Télécharger l’outil « épargne salariale »  : document en PDF incluant, notamment, pour la mise en place d’un accord d’intéressement, trois fiches techniques, et, en téléchargement (signalé par des pictos), un exemple d’accord, des formules de calcul et de répartition. Pour vous aider à présenter la mission aux clients, vous trouverez des fiches marketing et la lettre de mission.

    AIDE : Si vous utilisez Google Chrome : le PDF se télécharge en bas à droite de l'écran. Clic droit pour obtenir les options : "Toujours ouvrir avec ADOBE"